4G : Free demande un report de l’attribution des licences

15

Xavier Niel, fondateur et figure emblématique de Free, a écrit à Éric Besson, ministre de l’Industrie, pour lui demander un report de l’attribution des licences 4G de téléphonie mobile, dont l’appel à candidatures est actuellement prévu pour le mois prochain (mai).

Craignant, tout comme ses confrères SFR et Bouygues Telecom, que la méthode d’attribution définie ne soit que trop favorable à l’opérateur le plus puissant (Orange), Xavier Niel a pris la plume afin de demander au gouvernement de lancer une « nouvelle consultation publique avant d’arrêter définitivement le dispositif d’attribution » des licences, « plutôt que de les fixer dans l’urgence ».

L’actionnaire majoritaire du groupe Iliad dénonce notamment le choix d’une procédure prenant peu en compte le « développement de la concurrence », et craint une « préemption du spectre par les opérateurs les plus riches ». Pour Xavier Niel, il est important de « garantir un accès au spectre à au moins quatre opérateurs », et d’établir des plafonds plus équitables en fonction des bandes de fréquences à allouer.

« À défaut de dispositions générales de ce type, il convient à minima de baisser significativement les plafonds actuellement envisagés », insiste-t-il.

Il invite enfin le gouvernement à prendre le temps d’apporter des réponses aux incertitudes entourant plusieurs points de la licence 4G, notamment concernant les conclusions du « grenelle des ondes » (et ses répercussions éventuelles), ainsi que les risques de brouillage potentiels entre la 4G et la TNT.

Les Échos sont parvenus à se procurer cette missive, que vous pourrez trouver dans son intégralité ci-dessous :

PDF - 45.2 ko
La lettre de Xavier Niel à Éric Besson

Source : Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

15 commentaires

  1. Pour rappel, la procédure actuellement retenue consiste à vendre plein de petits bout de fréquence 4G. Le problème est que techniquement, le nombre de fréquence détermine le débit du réseau. Bref, si un opérateur peut acheter bcp plus de fréquence que les autres, il a un réseau qui est plus rapide que celui des autres.

  2. Bah logique, il défend son bifteck. Il vient d'acheter une licence 3G, il a un réseau à monter... autant dire qu'il a tout intérêt maintenant à décaler le plus possible l'attribution des licences 4G. C'est d'ailleurs assez ironique car on est dans le processus inverse de l'attribution de la 4e licence 3G où ce sont les autres opérateurs qui essayaient d'en freiner l'appel d'offre. Sinon sur le découpage de la partie basse du spectre (<1000 MHz) encore une fois logique qu'il défendent ses intérêts, vu que dans l'état actuel des choses, il n'y a pas la place pour 4 donc la bande restante sera offerte aux plus offrants. D'un autre côté, il oublie d'une part que les autre opérateurs (et en l'occurrence Orange) avaient l'obligation de lui sous-louer une partie de leur capacité dans cette bande pour l'itinérence 2G. Et d'autre part, est-ce bien raisonnable de découper le spectre en 4 parts égales, sachant qu'aujourd'hui on a quand même un opérateur qui a 25M d'abonnés et un autre zéro ?... Bref, moi j'ai plutôt envie que les licences soient attribuées le plus vite possible pour que les déploiements commencent et qu'on puisse rapidement profiter du service, plutôt que d'attendre que les 4 opérateurs soient prêts à investir. Sinon on s'alignera toujours sur le plus lent...

  3. Gromble a écrit :
    Bah logique, il défend son bifteck. Il vient d'acheter une licence 3G, il a un réseau à monter... autant dire qu'il a tout intérêt maintenant à décaler le plus possible l'attribution des licences 4G.
    Je pense que c'est plutôt le contraire: Free est en train de monter le premier réseau 4G en France, devant tous ses concurrents. Le réseau qu'il déploie pour la 3G étant en effet déjà paré pour la 4G (cf. annonces précédentes). Free aurait donc tout intérêt à ce que l'exploitation des licences 4G commence le plus tôt possible pour être en position de force par rapport à la concurrence qui -elle- est loin d'avoir quelque chose comme 25% de la population couverte en 4G.
    Pas faux.
    Bref, moi j'ai plutôt envie que les licences soient attribuées le plus vite possible pour que les déploiements commencent et qu'on puisse rapidement profiter du service, plutôt que d'attendre que les 4 opérateurs soient prêts à investir. Sinon on s'alignera toujours sur le plus lent...
    Ca, c'est par contre tout sauf "évident": ce n'est pas parce que le service est techniquement exploitable rapidement que des offres viables pour le grand public le seront rapidement également. Pour cela, encore faut-il que les opérateurs proposent des tarifs raisonnables ... donc qu'il y ait de la concurrence entre opérateurs. Et l'exemple de la DATA pour la 2G/3G a déjà prouvé que même quand les réseaux étaient parfaitement prêts (depuis presque 10 ans), si on propose des forfaits à 1€/Mo faute de concurrence (ou à cause d'une entente cordiale), ça ne sert à rien car personne ne pourra s'abonner avec de tels tarifs. Donc les deux (déploiement ET concurrence) sont indispensables, pas l'un OU l'autre.

  4. Je crois surtout que X. Niel voit plus loin que le court terme pour son marché... Le gouvernement veut financer tout de suite le déficit qu'il a créé en 4 ans de présidence pour présenter un bilan moins pire devant ses électeurs alors que Free défend son activité qui ne s'arrêtera pas aux élections de 2012... Et bien sûr que M. Niel défend ses intérêts ! Mais quelque part son intérêts se confond aussi un peu avec celui de ses clients et ce depuis les débuts de Free... Ce que dit Niel au gouvernement en l’occurrence c'est : N'obérez pas l'avenir pour des besoins immédiat de cash ! Car un développement rapide des réseaux très haut débit est porteur d'emplois et ce plus seulement en région parisienne (LA maladie française)... -

  5. ynos a écrit :
    Bah logique, il défend son bifteck. Il vient d'acheter une licence 3G, il a un réseau à monter... autant dire qu'il a tout intérêt maintenant à décaler le plus possible l'attribution des licences 4G.
    Je pense que c'est plutôt le contraire: Free est en train de monter le premier réseau 4G en France, devant tous ses concurrents. Le réseau qu'il déploie pour la 3G étant en effet déjà paré pour la 4G (cf. annonces précédentes). Free aurait donc tout intérêt à ce que l'exploitation des licences 4G commence le plus tôt possible pour être en position de force par rapport à la concurrence qui -elle- est loin d'avoir quelque chose comme 25% de la population couverte en 4G.
    Oui, enfin là dessus je suis tout sauf convaincu. Il ne faut pas croire aveuglément les constructeurs et regarder la réalité en face. LTE/EPC, c'est un changement majeur dans l'architecture des réseaux (encore plus grande qu'entre 2G et 3G) et si la transition sera sans doute simplifiée pour Free, étant donné que leur réseau est plus petit et moins complexe que les autres, il n'en reste pas moins que la transition ne se fera pas en appuyant sur un bouton.
    ynos a écrit :
    Bref, moi j'ai plutôt envie que les licences soient attribuées le plus vite possible pour que les déploiements commencent et qu'on puisse rapidement profiter du service, plutôt que d'attendre que les 4 opérateurs soient prêts à investir. Sinon on s'alignera toujours sur le plus lent...
    Ça, c'est par contre tout sauf "évident": ce n'est pas parce que le service est techniquement exploitable rapidement que des offres viables pour le grand public le seront rapidement également. Pour cela, encore faut-il que les opérateurs proposent des tarifs raisonnables ... donc qu'il y ait de la concurrence entre opérateurs. Et l'exemple de la DATA pour la 2G/3G a déjà prouvé que même quand les réseaux étaient parfaitement prêts (depuis presque 10 ans), si on propose des forfaits à 1€/Mo faute de concurrence (ou à cause d'une entente cordiale), ça ne sert à rien car personne ne pourra s'abonner avec de tels tarifs. Donc les deux (déploiement ET concurrence) sont indispensables, pas l'un OU l'autre.
    Personne ne pourra s'abonner... L'objectif des opérateurs est quand même de monter un business model qui soit rentable. Ils vont pas dépenser des milliards d'euros dans des licences et du déploiement sans un minimum de retour sur investissements. Free peut avoir une bonne carte à jouer car la transition chez eux sera certainement moins complexe/coûteuse que chez les autres. Maintenant je pense que ça arrive un peu tôt pour eux et ils vont avoir du mal à se battre sur tous les fronts (3G, 4G, fibre...).

  6. Gromble a écrit :
    Il ne faut pas croire aveuglément les constructeurs et regarder la réalité en face. LTE/EPC, c'est un changement majeur dans l'architecture des réseaux (encore plus grande qu'entre 2G et 3G) et si la transition sera sans doute simplifiée pour Free, étant donné que leur réseau est plus petit et moins complexe que les autres, il n'en reste pas moins que la transition ne se fera pas en appuyant sur un bouton.
    Oui le passage de la 3G à la 4G est complexe, mais c'est justement l'atout de Free: ils déploient un réseau pensé 4G dès le départ. Suffit de suivre l'actu de ce côté là, tant au niveau équipementiers choisis qu'annonces d'Illiad lui-même.
    Personne ne pourra s'abonner... L'objectif des opérateurs est quand même de monter un business model qui soit rentable. Ils vont pas dépenser des milliards d'euros dans des licences et du déploiement sans un minimum de retour sur investissements.
    Regarde 10 ans en arrière, et le déploiement de la 3G. Les offres commerciales réellement axées 'grand public' (data pseudo illimitée) ont émergé grosso modo au moment de l'apparition de l'iPhone, pas avant. Alors qu'officiellement on pouvait acheter et utiliser en France des téléphones 3G depuis 2002 si mes souvenirs sont bons. Entre temps: une techno dispo pendant 4 ou 5 ans, mais tellement chère que personne (ou presque) ne pouvait se permettre de l'utiliser.

  7. XN a eu les yeux plus gros que le ventre. Il n'a plus faim. L'idée de sortir encore de l'argent pour la 4G lui coupe l'appétit. D’où les arguments tirés par les cheveux. Alors, contrairement à l'année passée où ce sont ses concurrents qui freinaient pour ne pas le laisser entrer sur le marcher et lui qui était pressé, maintenant qu'il fait partie de la bande des quatre, il veut fermer la porte derrière lui pour éviter les courants d'air. Eh oui, elle coûte cher cette licence et lui n'a pas un groupe de la taille de Bouygues, de Vivendi pour l'épauler, et ne pèse pas lourd face à FT. Allez Xavier, une cuillère de 4G pour papa, une cuillère de 4G pour maman....

  8. Belteg a écrit :
    XN a eu les yeux plus gros que le ventre. Il n'a plus faim. L'idée de sortir encore de l'argent pour la 4G lui coupe l'appétit. D’où les arguments tirés par les cheveux.
    c'est tout l'inverse. Il ne demande que ça ! Mais pour cela, il faut encore que les conditions d'attribution des licences ne soient pas outrageusement favorables à Orange. Et ça, actuellement, c'est un fait que tous les opérateurs dénoncent... Quoi qu'il arrive, Iliad a les moyens de ses ambitions. Ce qu'il réclame, c'est un plafond, pour ne pas qu'un seul opérateur puisse se retrouver avec plus de 50% des fréquences. C'est très différent.

  9. yoann007 a écrit :
    XN a eu les yeux plus gros que le ventre. Il n'a plus faim. L'idée de sortir encore de l'argent pour la 4G lui coupe l'appétit. D’où les arguments tirés par les cheveux.
    c'est tout l'inverse. Il ne demande que ça ! Mais pour cela, il faut encore que les conditions d'attribution des licences ne soient pas outrageusement favorables à Orange. Et ça, actuellement, c'est un fait que tous les opérateurs dénoncent... Quoi qu'il arrive, Iliad a les moyens de ses ambitions. Ce qu'il réclame, c'est un plafond, pour ne pas qu'un seul opérateur puisse se retrouver avec plus de 50% des fréquences. C'est très différent.
    Des volontaires (staff ou autres) pour un court article expliquant en quoi la 4G diffère pas mal de la 3G, et comment une licence pourrait booster Free, et... buzzzons un peu, s'acoquiner avec les V6, sait-on jamais ? Bon, je suis assez 'idiot' en la matière, je vous autorise même à le souligner !

  10. ynos a écrit :
    Il ne faut pas croire aveuglément les constructeurs et regarder la réalité en face. LTE/EPC, c'est un changement majeur dans l'architecture des réseaux (encore plus grande qu'entre 2G et 3G) et si la transition sera sans doute simplifiée pour Free, étant donné que leur réseau est plus petit et moins complexe que les autres, il n'en reste pas moins que la transition ne se fera pas en appuyant sur un bouton.
    Oui le passage de la 3G à la 4G est complexe, mais c'est justement l'atout de Free: ils déploient un réseau pensé 4G dès le départ. Suffit de suivre l'actu de ce côté là, tant au niveau équipementiers choisis qu'annonces d'Illiad lui-même.
    Oui OK. Ça sera plus simple techniquement chez eux. De là à dire qu'ils auront de l'avance, je m'avancerais moins. Orange et SFR (peut-être Bouygues) ont déjà des réseaux expérimentaux en LTE. Le déploiement se prépare depuis un bout de temps chez tout le monde. Bref, de toutes façons le problème sera moins technique que financier...
    ynos a écrit :
    Personne ne pourra s'abonner... L'objectif des opérateurs est quand même de monter un business model qui soit rentable. Ils vont pas dépenser des milliards d'euros dans des licences et du déploiement sans un minimum de retour sur investissements.
    Regarde 10 ans en arrière, et le déploiement de la 3G. Les offres commerciales réellement axées 'grand public' (data pseudo illimitée) ont émergé grosso modo au moment de l'apparition de l'iPhone, pas avant. Alors qu'officiellement on pouvait acheter et utiliser en France des téléphones 3G depuis 2002 si mes souvenirs sont bons. Entre temps: une techno dispo pendant 4 ou 5 ans, mais tellement chère que personne (ou presque) ne pouvait se permettre de l'utiliser.
    Pour moi l'explication est inverse. Pour la 3G le réseau a dû attendre pendant un bon moment des terminaux qui soient capables de profiter des capacités disponibles. Avant l'iPhone, on avait des téléphones limités et qui finalement avaient besoin de relativement peu de bande passante. Les téléphones étaient aussi beaucoup moins perfectionnés et intuitifs, et du coup il n'y avait pas vraiment de demande. Combien de personnes ont commencé à faire de la data mobile avec l'iPhone ? A partir du moment où les terminaux ont été à la hauteur le trafic a augmenté (genre doublé tous les 6 mois), les opérateurs ont dû redimensionner le réseau, économies d'échelle et au final le prix au Ko baisse. D'ailleurs les applis qui auront besoin de LTE restent à définir...

  11. Réagir sur le forum