FTTH : l’Arcep milite pour l’utilisation d’un identifiant unique universel

10

L’Arcep (Autorité de régulation des télécoms) recommande la création d’un identifiant standardisé universel pour les lignes raccordées en fibre optique, afin de faciliter leur localisation et leur mise en place.

Dans une recommandation, le régulateur préconise la mise en place d’un format standardisé à 10 caractères, attribué à chaque ligne et correctement étiqueté sur la prise terminale optique afin de permettre au client de le connaître facilement.

Cet identifiant, qui serait idéalement repris sur la facture du client, serait universel, c’est-à-dire utilisable par l’ensemble des opérateurs. L’opérateur d’immeuble serait directement repérable aux deux premiers caractères de l’identifiant : par exemple FE-XXXX-XXXX pour Free Infrastructure, FI-XXXX-XXXX pour France Télécom, NU-XXXX-XXXX pour Numericable, CT-XXXX-XXXX pour SFR, etc.

Cette mise en place « constitue une étape importante dans la standardisation des réseaux FttH », souligne l’Arcep.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

10 commentaires

  1. Si ça se met en place, ce sera une bonne raison de ne pas passer à la fibre.
    Encore un moyen de freiner le développement de la fibre en France, des fois que le succès annoncé ne faisait plus aucun doute, il fallait bien trouver un truc pour plomber le truc.
    Décidément, l'ARCEP n'a vraiment pas la fibre technologique. Ça se confirme.

  2. kilucru a écrit :

    A oui et pourquoi donc ?

    Clair que le sieur voue aux gémonies tout ce qui peut ressembler à une organisation quelconque;
    Dans le cas présent, même si on peut douter de l'urgente nécessité de normaliser ce type de raccordement, cela ne risque pas non plus de plomber l'évolution de la fibre...
    Actuellement, c'est plutôt la morosité économique actuelle et hélas probablement présente encore "quelques" années qui va certainement freiner considérablement le développement de ces technologies.
    Il faudrait pour éviter cet ecueil qu'il y ait une prise de conscience politique, et que de réels choix technologiques soient faits, en abandonnant carrément le maintien à tout prix de certaines filières qui n'en finissent pas de décliner, et en finançant massivement les filières les plus prometteuses, telles que celles intégrant les télécoms, en faisant le choix d'un développement industriel hexagonal... Mais bon, je rêve sûrement, il y a trop longtemps que la prospective à moyen et long terme et la politique ont divorcé, enfin la politique telle que nos bricolo-opportunistes actuels la pratiquent! Peut-être faudrait-il confier la gouvernance de notre pays uniquement à des "non poliques"??? En demandant "gentiment" à tous les apparatchiks de l'ensemble de nos partis d'aller proposer leur "savoir" ailleurs... Par exemple sur la banquise arctique! Songeraient-ils seulement à apprendre à nager??? :P :P :P

  3. Fansat70, désolé mais ce n'est pas grâce aux politiques que les réseaux se développent, du moins pas dans les zones denses.
    La meilleure des politiques me parait être de veiller à une concurrence satisfaisante entre opérateurs, et ne pas inventer de taxe sur la bande passante ou autre repoussoir.
    Quand à l'initiative de l'Arcep, elle me parait excellente, au point qu'elle aurait même mérité de figurer dans l'actuel cahier des charges actuel des opérateurs.

  4. ah bon ?
    quel rapport entre ARCEP et politique ?
    faudrait pas faire dégénérer trop vite les sujets.
    par contre,
    si une numérotisation universelle (il faut penser au delà du territoire françois si on veut se projeter dans l'avenir) doit être mise en place, quelle ne se fasse que sur des critères géographiques, l'identité des opérateurs ne doit pas apparaitre à ce niveau.
    une ligne est physique donc géographique, qu'on la décrive par latitude/longitude/altitude et c'est tout.

  5. nopb a écrit :

    Fansat70, désolé mais ce n'est pas grâce aux politiques que les réseaux se développent, du moins pas dans les zones denses.
    La meilleure des politiques me parait être de veiller à une concurrence satisfaisante entre opérateurs, et ne pas inventer de taxe sur la bande passante ou autre repoussoir.
    Quand à l'initiative de l'Arcep, elle me parait excellente, au point qu'elle aurait même mérité de figurer dans l'actuel cahier des charges actuel des opérateurs.

    C'est marrant! Quand on est dans une zone dense, on fait "confiance" à l'initiative privée, et on de dépèche de "jeter" les politiques... Ne pas oublier que le monde économique existe en dehors des périphériques des grandes agglomérations, et que s'il n'existe pas une volonté politique pour développer les réseaux dans ces zones (que vous serez bien heureux de trouver pour vous nourrir, vos loisirs, votre oxygène et autres "babioles"...), ces zones finiront par être totalement désertifiées.
    Si l'on désire que notre pays se réindustrialise, ce ne sera pas dans les zones denses, les coûts y étant beaucoup trop élevés! Mais si les zones "non denses" sont correctement équipées en réseaux de communication, ce sdera tout bénef pour des "relocalisations", les coûts dans ces zônes (m², main d'oeuvre (!), et autres taxes et impôts divers) étant sans commune mesure avec les fameuses "zones denses", qui coûtent fort cher à notre beau pays!
    Là, on est largement sorti du "petit" FTTH pour les particuliers, mais si on ne développe pas le pays, ce "petit" FTTH mettra très longtemps à être vulgarisé, y compris à l'intérieur des zones denses, les opérateurs privés n'en retirant alors que peu de bénéfices, si l'économie générale est à plat!

  6. GATTACA a écrit :

    Si ça se met en place, ce sera une bonne raison de ne pas passer à la fibre.
    Encore un moyen de freiner le développement de la fibre en France, des fois que le succès annoncé ne faisait plus aucun doute, il fallait bien trouver un truc pour plomber le truc.
    Décidément, l'ARCEP n'a vraiment pas la fibre technologique. Ça se confirme.


    Ah bon, et pourquoi ?

    Ça existe pour la boucle cuivre et je ne vois pas en quoi ça limite le développement.

  7. J'ai une autre question: Un identifiant unique, pourquoi pas, mais quand on parle d'un déploiement FFTH, avec des boitiers permettant le raccord de 3, voire 4 opérateurs par logement, pourquoi un numéro unique? Dans certains cas de figure (en entreprise notamment) avoir la possibilité de souscrire à deux opérateurs différents en même temps est très utile (redondance de connexion, au cas où l'une a un problème). Avec un tel numéro unique, va-t-on se retrouver à ne pas pouvoir souscrire à plusieurs offres fibre en même temps?
    Ou faut-il voir cette démarche une volonté de créer un fichier accessible permettant justement de facilier les migrations d'un opérateur à un autre? Ceux qui se rappellent des débuts du dégroupage pourront témoigner à quel point ces démarches ont peu il y a peu de temps être particulièrement longues et fatigantes. Que l'ARCEP prône une adaptation d'un système ayant fait ses preuves dans le cuivre est une bonne chose, d'autant plus que l'on s'oriente non pas vers un seul gestionnaire de la boucle locale, mais plusieurs, ce qui va certainement compliquer les choses.

  8. sevyc64 a écrit :
    je ne vois pas en quoi ça limite le développement.

    Pourtant tout le monde le dit, ARCEP et opérateurs : le VDSL2 est un moyen de ne pas déployer la fibre à court terme dans les zones les moins denses.

  9. Joearchi a écrit :

    [..] Un identifiant unique, pourquoi pas, [...] va-t-on se retrouver à ne pas pouvoir souscrire à plusieurs offres fibre en même temps?
    [...]

    Non, un identifiant unique pour le câblage qui appartient le réseau : c'est pour les deux numéros en amont.
    Pour le dernier chiffre du numéro, on n'est sur le même câble, mais plus sur la même prise. Comme tu le pensais, 4 prises différentes, voir plus on pourrait lire FExx-xxxx-x1 (câble appartenant au réseau Free, première prise dédiée à tel opérateur), FExx-xxxx-x2 (câble appartenant au réseau Free, deuxième prise dédiée à tel opérateur). Avec FExx-xxxx-x fait parti du réseau.

    Le fait de normaliser et de standardiser n'empêche pas de prévoir justement les usages. Plus vite tous les acteurs se pencheront sur le dossier, plus vite on aura un schéma logique de câblage et éviter les usines à gaz à la Numéricable.

  10. Réagir sur le forum