Où l’on reparle du financement des réseaux…

24

Ces derniers jours, une polémique opposant Megaupload à France Telecom (et plus spécifiquement au fournisseur d’accès France Telecom) a fait la Une des sites spécialisés.

Bien connu des internautes, Megaupload est une des solutions d’hébergement de fichiers les plus populaires au monde, basée à Hong-Kong. Avec son petit frère Megavideo, site de streaming, les deux sites se sont forgés une solide réputation pour leurs contenus… majoritairement illégaux.

La société éditrice de ces services, habituellement très discrète (et on peut la comprendre…), a pourtant décidé de mettre en avant les problèmes de connectivité qu’elle rencontre avec France Telecom, dans un avertissement en français spécialement destiné aux abonnés Orange.

Mis en place jeudi 13 janvier, le message — vite retiré — mettait en avant les problèmes rencontrés avec France Telecom, en accusant ce dernier de ne pas mettre en place les moyens suffisants pour une bonne connectivité vers Cogent et TATA. Comble de la provocation, il invitait même les abonnés mécontents à résilier pour se rendre chez « un fournisseur Internet avec une excellente connectivité Internet mondiale, tel que SFR ou Iliad (free.fr, Alice) »

JPEG - 155.2 ko
Capture : PC INpact

Orange s’offusque, s’estimant victime d’accusations mensongères. Megaupload persiste et continue à accuser Orange de proposer une capacité de peering insuffisante avec Cogent. Les deux firmes se renvoient la balle, Megaupload envisage de remettre son message d’avertissement en service…

Si ces problématiques d’interconnexion font partie du quotidien des fournisseurs d’accès, elles n’en sont pas moins généralement inconnues du grand public. En décidant de mettre en avant de manière aussi claire un aspect généralement occulté dans le fonctionnement du réseau mondial, Megaupload cherche à faire réagir Orange en braquant les projecteurs sur ses pratiques.

Cette manœuvre pourrait bien avoir un effet bénéfique inattendu : lancer auprès d’un large public un débat déjà bien connu des utilisateurs avertis, celui du financement des réseaux. A l’heure où les usages dits asymétriques se multiplient (typiquement les services de téléchargement et de streaming lourds), c’est plus que jamais d’actualité…

Cela fait déjà un certain temps que les opérateurs français appellent les prestataires de services à participer au financement des réseaux : à ce titre, Free est sans doute le plus actif. A de nombreuses reprises, ses dirigeants ont demandé à ce que les entreprises les plus gourmandes en bande passante, telles que Google (Youtube), soient mises à contribution. Orange a, plus récemment, tenu un discours similaire. Tous arguent que ces sociétés ne cherchent pas à réduire les coûts pour les opérateurs, en leur laissant l’intégralité de la charge financière (peering). En d’autres termes, ils profitent de leurs infrastructures sans contrepartie…

De son côté, Megaupload explique, dans un courrier adressé à PC INpact, que France Telecom cherche au contraire à se débarrasser de tous les coûts : « FT veut faire payer Megaupload et notre partenaire Cogent pour le réseau en plus de faire payer les clients DSL de FT ». La situation n’est pas nouvelle ; Cogent reconnaît depuis des années le manque de coopération de France Telecom, mais n’a jamais bénéficié de la caisse de résonance qu’est Megaupload pour faire valoir sa cause.

Mega, qui reconnaît que les autres opérateurs français font preuve d’une meilleure politique de peering, met tout de même le doigt sur un aspect intéressant du problème : « Des sites comme Megaupload et Megavideo rendent le DSL plus populaire et les clients payent davantage pour une meilleure connexion. FT bénéficie grandement de notre existence », explique la firme — par le simple fait d’exister, les services rendent Internet attractif auprès du grand public et permettent aux fournisseurs d’accès de connaître le succès… un autre son de cloche, par rapport au discours des opérateurs.

A défaut de résoudre quoi que ce soit (pour le moment), le débat aura au moins le mérite de mettre en lumière ces problèmes et rappeler au grand public que derrière la connexion, que l’on branche et qui marche immédiatement, il y a de nombreuses tractations, des enjeux techniques et économiques parfois complexes… dont on ne se rend compte de l’existence et de l’utilité que quand cela échoue et impacte l’utilisateur.

Retrouvez chaque semaine l’édito du lundi sur Freenews

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

24 commentaires

  1. J'adore cette idée d'édito du lundi. En plus des news à chaud habituelle, c'est appréciable d'avoir régulièrement des articles plus approfondis sur un sujet.

  2. Bonne idée d'aborder ce sujet...

    Je pense que quand on voit la qualité des commentaires (du type Orange c'est le mal et Free c'est le bien) sur des articles comme celui du Point sur le même sujet, certains feraient bien de s'abstenir d'en parler.
    Cogent reconnaît depuis des années le manque de coopération de France Telecom, mais n’a jamais bénéficié de la caisse de résonance qu’est Megaupload pour faire valoir sa cause.
    Il faut savoir que Cogent est un sérieux concurrent d'OpenTransit, filiale de FT. Il est relativement normal qu'il préfère utiliser son propre réseau que d'établir des liens couteux vers le réseau des autres, même si l'interconnexion est bénéfique dans ce genre de métier. Que les opérateurs entretiennent le réseau suivant les schémas directeurs qu'eux-même ont établit (sans se faire dicter de conduite par les fournisseurs de contenu) et aux boites comme mégaupload d'entretenir leur plateforme de service.

  3. Regardons les choses en face, des diffuseurs de contenus (plus ou moins légaux) se font des couilles en or avec de la publicité sans débourser le moindre argent pour financer les réseaux qu'ils saturent. Résultat, ce sont les internautes qui n'utilisent pas ces sites pour faire du téléchargement (illégal ou pas) qui sont pénalisés à travers les coûts de financement qui sont bien sur répercutés sur les abonnés. Ne rêvons pas, le gratuit n'existe pas. A se demander si il ne faudrait pas faire payer au volume de données téléchargées au delà d'un certain volume pour une partie.

  4. chpierrot a écrit :
    [...] A se demander si il ne faudrait pas faire payer au volume de données téléchargées au delà d'un certain volume pour une partie.
    comme le faisait cybercâble puis noos à une époque pas si lointaine...

  5. chpierrot a écrit :
    Regardons les choses en face, des diffuseurs de contenus (plus ou moins légaux) se font des couilles en or avec de la publicité sans débourser le moindre argent pour financer les réseaux qu'ils saturent.
    C'est pas si simple : si les utilisateurs ne vont pas sur ces sites, les sites en questions ne saturent pas le réseau. Ce serait donc les utilisateurs eux-mêmes qui saturent les réseaux? Tout est question de point de vue, chacun choisi le plus avantageux pour gagner la bataille... mais pas la guerre.
    Tout le monde utilise le même réseau d'accès et de niveau 3. Les gens qui n'utilisent pas Megaupload seront bien content d'avoir la même qualité de service que leur voisin plus gourmand. C'est mutualisé, tout le monde paye le même prix.
    A se demander si il ne faudrait pas faire payer au volume de données téléchargées au delà d'un certain volume pour une partie.
    Ca va pas non?

  6. «Des sites comme Megaupload et Megavideo rendent le DSL plus populaire et les clients payent davantage pour une meilleure connexion. FT bénéficie grandement de notre existence », explique la firme — par le simple fait d’exister, les services rendent Internet attractif auprès du grand public et permettent aux fournisseurs d’accès de connaître le succès... un autre son de cloche, par rapport au discours des opérateurs.
    Complètement faux : un client qui ramène 30€/mois mais coute 35€ ne profite pas à Orange ni à aucun opérateur.

  7. Mega Upload ou pas , il faudra toujours mettre en place des tuyaux de plus en plus gros , par ce que les besoins des internautes évoluent en permanence, dans quelques années la 3D sera sans doute democratisé , ce sera donc des flux toujours plus importants , avec le cloud on aura de moins en moins de données en local, appareils domestique connectés au net etc etc J'ai du mal a comprendre la stratégie d'orange qui d'un coté ferme les vannes et de l'autre investit dans la fibre ... D'une facon géneral , j'aurais preferé que l'etat prenne a sa charge les infrastructures reseaux ( au sens large du teme) et qu il loue l’infrastructure a qui souhaite l'utiliser , un peu comme on le fait avec l’électricité ou bientot le ferroviaire. Evidemment ca a un cout , mais ca aurait evité les disparités entre abonées, et surtout un reseau Cable to the home qui tombe en ruine , avec un reseau en fibre qui est bien loin a ce jour d'etre capable d assurer la relève a court ou moyen terme.

  8. Awax a écrit :
    Complètement faux : un client qui ramène 30€/mois mais coute 35€ ne profite pas à Orange ni à aucun opérateur.
    Si c'était le cas, les pure players de la fourniture d'accès (comme Free) auraient déjà mis la clef depuis longtemps sous la porte.
    hiroko a écrit :
    Mega Upload ou pas , il faudra toujours mettre en place des tuyaux de plus en plus gros , par ce que les besoins des internautes évoluent en permanence
    Exact, et c'est bien ce pourquoi le client final paie son abonnement: la fourniture du tuyau.
    J'ai du mal a comprendre la stratégie d'orange qui d'un coté ferme les vannes et de l'autre investit dans la fibre ...
    Moi je comprends très bien: Orange veut jouer sur les deux tableaux et récupérer le beurre et l'argent du beurre: - vendre un accès internet à ses clients qui les paie une première fois justement pour la fourniture du tuyau - réclamer d'être payé une seconde foi par les diffuseurs parce que soit-disant ils 'fournisent trop'. La réalité elle est là: on est en train d'avoir de plus en plus de pressions de la part des opérateurs qui cherchent à fuir leurs responsabilités de maintenance,d'entretien et d'évolution du réseau en cherchant à maximiser leurs profits en bouffant à tous les rateliers. Ils font d'ailleurs exactement la même chose pour justifier le retrait progressif de la notion d'illimité DATA pour les mobiles et la segmentation du marché (comprendre: on fait 5 offres différentes pour maximiser les revenus en proposant tout un tas de trucs en option supplémentaire). Bizarre quand même: un internaute sur l'ADSL (donc avec newsgroups, voIP, downloads, P2P, etc...) consomme en moyenne 100kbits/s. Or à l'époque de l'émergence de la 3G ils dimensionnaient déjà leur réseau en prévoyant que la visioconf (64kbits/s) était la killer-app de demain... C'était en 2002, et huit ans après et autant d'évolutions de la norme 3G pour augmenter le downlink, le réseau serait pas capable de gérer moins de 30% des abonnés qui prennent un forfait DATA même pas illimité ? C'te blague...

  9. hiroko a écrit :
    e ... D'une facon géneral , j'aurais preferé que l'etat prenne a sa charge les infrastructures reseaux ( au sens large du teme) et qu il loue l’infrastructure a qui souhaite l'utiliser , un peu comme on le fait avec l’électricité ou bientot le ferroviaire..
    Ben voyons! et ou l'Etat prendra-t-il l'argent : Une augmentation d'impôts? Ceux qui veulent du 100M et +, qu'il se le paye.

  10. Réagir sur le forum