Fibre : SFR veut se passer de l’accord des copropriétés dans les immeubles

0

Dans le cadre de l’examen de la loi Elan sur le logement, Altice (SFR) défend un amendement qui lui permettrait d’installer la fibre plus facilement dans les immeubles.

Jusqu’à présent, pour venir installer leurs infrastructures fibre dans les immeubles, les opérateurs sont contraints de signer une convention auprès des copropriétés. C’est cette étape, parfois longue ou difficile à décrocher, dont SFR veut se passer. Le groupe Altice s’est mis à faire du lobbying actif en faveur d’un amendement qui préconise la suppression de ces conventions d’immeuble.

Concrètement, dans la plupart des cas, les opérateurs pourraient venir s’installer dans les immeubles sans accord. Il leur suffirait de prévenir la copropriété au préalable, via un simple courrier recommandé. Seule exception : si les installations doivent changer les parties communes de façon apparente, l’accord de la copropriété restera indispensable.

Une manière pour SFR de transformer le câble en FTTH

Si SFR tient tant à cette disposition, c’est qu’elle lui permettrait de venir remplacer simplement le câble coaxial, déployé dans de nombreux immeubles, en fibre optique. De quoi changer aisément ses installations FTTLA (fibre jusqu’à une installation proche de l’immeuble, complétée par du câble coaxial) en vrai FTTH (fibre de bout en bout).

Mais l’amendement n’est pas du goût de tout le monde. Jusqu’alors, le système de convention permettait aux copropriétés de choisir un seul opérateur d’immeuble afin d’éviter la multiplication des équipements ; le nouveau mode de fonctionnement, suggéré par SFR, ouvrirait la porte à l’arrivée de multiples opérateurs, chacun avec leur propre réseau, au sein d’un même immeuble. Voilà qui risque de ne pas plaire à… Orange, à tout hasard, qui a patiemment grappillé des conventions d’immeuble afin de mettre en place de petits monopoles locaux.

via Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Impossible de commenter cet article.