Net Avenir : gestion publicitaireNet Avenir : gestion publicitaire
Insolite

Pire tou pire, le retour

Député, dessine-moi une mule !

Un grand nombre d’entre vous se souviennent sans doute de la vidéo réalisée lors des débats sur la première mouture d’Hadopi par l’équipe du site Bakchich. Le concept en était extrêmement simple : demander aux députés de tous bords ce qu’est le peer-to-peer.

La plupart avaient répondu complètement à côté, d’où un résultat parfois franchement comique. Bien évidemment, au-delà de l’aspect insolite, cela permettait d’amorcer une réflexion sur le fait que les députés votent des lois dont ils ne comprennent manifestement pas la signification...

En ces lendemains de vote de la loi Hadopi 2 à l’Assemblée, Bakchich récidive et pose une nouvelle fois la question à : Dominique Perben (UMP), Claude Goasguen (UMP), Jean Tibéri (UMP), Jean-Pierre Brard (GDR), Jean-Christophe Lagarde (NC), et enfin Aurélie Filipetti (PS).

Et, une fois n’est pas coutume, certains répondront correctement à cette question toute simple ! On vous laisse deviner lesquels...

Source : Bakchich

16.09.2009 13:09 - Insolite - Yoann Ferret - 7 commentaires
Commentaires des lecteurs

electrofunk


Il y a 1863 j

Je ne suis pas sûr de bien comprendre... ? Il est bel et bien député UMP.
Ah oui, c'est ça :) Je l'ai confondu avec son successeur Delanoe... Sorry :)

ninikowal


Il y a 1863 j
Simplement lamentable...

Yoann Ferret


Il y a 1863 j

Je ne suis pas sûr de bien comprendre... ? Il est bel et bien député UMP.

electrofunk


Il y a 1863 j
Tibéri est sous-titré député UMP, c'est ça la grande nouvelle ! :-)

muaddib59


Il y a 1863 j
je pense qu'effectivement on peut tirer notre chapeau à JP Brard.
Voici, in extenso, son intervention de tout à l'heure juste avant le vote :
"""""
Nous ne cacherons pas notre colère ni notre déception à quelques minutes d'un vote qui, à l'issu de plus de 100 heures de débats, marquera d'un triste sceau cette législature.
Nous avions déjà consacré plus de 60h à DAVSI, qui se révéla, comme nous l'avions prévue, totalement inutile et inapplicable. Mais, pressé par les appétits mercantiles des intermédiaires de l'industrie culturelle, majors de l'industrie du disque et gros producteurs de cinéma, Pascal Nêgre et Marin Karmitz en tête, vous avez persisté en présentant HADOPI 1 , une loi inadaptée techniquement et liberticide. Sachant que 40% des ordinateurs sont piratés et contrôlés à distance, nul ne devrait être tenu pour responsable des informations qui transitent sur sa connexion, ni être sanctionné par une coupure, qui s'assimile à une mort sociale électronique comme le disait si justement notre collègue Didier Mathus.
La censure du conseil constitutionnel est venue confirmer notre position et celle du Parlement européen: aujourd'hui l'accès Internet est un élément constitutif des libertés fondamentales d'expression et de communication. La coupure de cet accès, est une atteinte grave aux libertés et ne pouvait être prononcé que par un juge, non par une autorité administrative crée de toutes pièces. Cette Hadopi1 était plus proche d'une milice des majors monopolistiques que d'une institution indépendante à visée pédagogique, comme le prétendait Mme Albanel.
Monsieur le ministre vous qui êtes le ministre des mots je vous propose de créer un nouveau groupe nominal: ministre émérite, titre que vous pourrez décerner à monsieur Donnedieu de Vabres et à madame Albanel. Vous le savez bien monsieur le ministre le gouvernement n'est pas complètement coupable, puisque violant la constitution de la V° République, vous obtempérez aux caprices de Président et à ses promesses de table au Fouquet's.
La dernière mouture du texte ou Hadopi 2 est encore plus inefficace et scélérate que la précédente: Vous avez maintenu l'inversion de la charge de la preuve, maintenu la présomption de culpabilité doublée d'une procédure d'exception, l'ordonnance pénale, et alourdi les peines avec une amende de 1500 euro. Acharné dans votre logique de répression, vous vous êtes rangé du côté de ceux qui placent le lucre, l'appât frénétique du gain, au dessus de la liberté et méprisent ceux-là mêmes qui les font vivre. Ceux dont les bénéfices, qui se chiffrent en millions d'euros, les conduisent dans les paradis fiscaux que sont la Suisse ou Monaco pour y placer leur magot. Quelle différence entre les simple citoyens et les puissants: une justice expéditive et une insécurité juridique pour les uns, pour les autres, l'impunité totale : ils peuvent continuer à étrangler les petits artistes et à vendre leur CD à des prix prohibitifs, vous vous chargez d'assurer la protection de leur chasse gardée !… Comme il est écrit dans L'Ecclésiaste « Le riche commet une injustice, et il frémit d'indignation ; le pauvre est maltraité, et il demande pardon. »
Quel rendez-vous manqué chers collègues! Le pouvoir a choisit le leurre et la facilité de la régression!
Nous aurions pu enfin rassembler les créateurs et les internautes, les artistes et leur public, pour inventer le droit d'auteur de demain, et permettre l'accès du plus grand nombre ・la culture, d'une part, et la réunification des auteurs et des créateurs de l'autre. Mais face à des modèles innovant et plus égalitaires d'accès à la culture, vous vous êtes retranché derrière des principes rétrogrades et des méthodes autoritaires. Comme l'écrivait Beaumarchais, « Ne pouvant avilir l'esprit, on se venge en le maltraitant. ».
Nous avons défendu les droits de toute la création, et pas seulement de la création lucrative; Celle qui a vos faveurs et bénéficie de toute votre attention. Nous, nous continuerons à consulter à débattre avec les acteurs de la culture et d'Internet dans l'intérêt commun des créateurs et des internautes.
Le combat continu. Je le dis aux jeunes et à tous les internautes. Avec vous nous avons harcelé le gouvernement. Il va faire voter cette loi s'il trouve une majorité de députés sans colonne vertébrale (NDLR : le député PS Jean Michel a fait référence à cette colonne vertébrale ce matin sur PC INpact). L'Histoire sera sévère avec eux. La lumière est de votre côté. Abandonnons-les à leurs chandelles et tournons-nous vers l'avenir de liberté, de culture, de justice et de fraternité que notre jeunesse rêve de construire. Faisons confiance à cette jeunesse qui chantera le requiem de votre loi, monsieur le ministre. Votons contre.
Jean-Pierre Brard
Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine
Apparenté communiste
"""""